Fabien Saint-Val

AUTEUR

Prochains salons du livre!


sensauxerre

Publicités

# Coup de Coeur


Un petit article bien sympathique dans le magaZine « SAINT-ETIENNE ville design » de ce mois-ci.

 

22365433_1820799621543600_1255172513994399105_n

Première critique/chronique pour « NILREM »


Faralonn saison 3: Nilrem – Fabien Saint-Val

faralonn-3-copie

Auteur: Fabien Saint-Val
Pages: 327
Editions: H.Tag
Catégories: Fantastique

Résumé:Les membres de l’Elite sont revenus de leur quête avec un premier fragment du coeur d’Habask mais il leur reste trois autres fragments à retrouver s’ils veulent sauver l’avenir des mondes. Cette première victoire est loin d’être synonyme de paix car Lord Wallamzen et ses acolytes vont s’acharner à leur faire vivre un véritable cauchemar. Léa, qui a atteint l’âge requis, devra faire son choix d’allégeance. Par ailleurs, sa détermination à retrouver le gardien de la tour de l’Est la séparera de l’Elite. Renoncera- t-elle pour autant à son but ultime ? De son côté, Drarion, sous le contrôle de l’Ether, commettra l’irréparable. Alors que les masques tombent, à qui les jeunes héros pourront-ils encore se fier ?  » La Lumière dans les ténèbres, où se trouve le réel équilibre ? «

Mon Avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Editions H.Tag pour l’envoi de ce livre. C’est avec grand plaisir que j’ai accepté de lire la suite des aventures de Léa et Drarion que j’attendais tant. J’avais passé un très bon moment en lisant la saison 1 et la saison 2 donc j’avais hâte de connaître enfin la suite. Encore une fois, la couverture est vraiment magnifique. Cette fois-ci, elle représente Drarion et il plutôt pas mal comme garçon. Je me suis donc plongée avec joie dans ce roman et bien évidemment je n’ai pas été déçu. La saison 3 est à la hauteur des deux précédentes. Un très bon moment de lecture que nous offre l’auteur.

Pour éviter de vous spoiler en résumant le début du livre, je vous invite à aller voir ma chronique sur la saison 1 ICI et sur la saison 2 ICI. Vous pourrez ainsi comprendre de quoi parle cette saga. On va bien sur continuer de suivre les aventures de Léa et Drarion qui découvrent un peu plus chaque jours des éléments de leurs personnalité qu’ils ne connaissaient pas avant d’atterrir à Faralonn. Ils vont encore une fois faire face à de nombreuses épreuves sans oublier la missions qui leur est destinée.

J’ai lu assez rapidement ce tome 3 comme pour les deux autres. Par contre juste avant de commencer ma lecture, j’ai relu un diagonale le tome 1 et le tome 2 afin de bien me souvenir de tout ce qu’il s’était passé. Les livres ne sont pas très longs mais ils se passent tellement de choses qu’il est difficile de ne pas en oublier. On va être encore une fois plongé dans l’histoire dès le début du roman, les actions vont arriver rapidement. Donc forcément, je suis captivée par l’histoire et toutes ces épreuves dès les premières pages. Je me demande toujours ce qu’il va bien pouvoir arriver d’autres à nos deux personnages. Léa et Drarion vont découvrir de nouveaux lieux donc on va avoir de nouvelles descriptions. Et comme pour les deux tomes précédents, on voyage à travers ces mondes et il est plus facile d’essayer de se les représenter. Ils sont bien décrits, du coup on pourrait très bien s’imaginer à la place des personnages.

Au niveau des personnages, dans ce tome on va en apprendre plus sur des autres personnages en dehors de Léa et Drarion comme par exemple Gabriel. Et pour le coup, j’ai vraiment bien aimé ce personnage même si on le connaissait déjà grâce au tome 2. Mais là, j’avoue qu’il m’a paru beaucoup plus touchant et attachant. On va en découvrir un peu plus sur son passé.

En conclusion, ce troisième tome est une suite encore très captivante. Je me demande à chaque fois où l’auteur puise son inspiration pour rendre l’histoire toujours plus captivante. L’action démarre directement et tout s’enchaîne encore une fois. Nos personnages n’ont pas de moments de repos et nous non plus dans notre lecture. Il y a toujours plus de rebondissements. J’ai hâte de lire le quatrième tome pour connaitre la suite des événements même si je sais que je vais devoir attendre un petit moment avant sa sortie.

UNE RENCONTRE IMPROBABLE!


Tranquillement installé sur l’esplanade du Pharo à Marseille, en contemplation face à la mer et me faire gentiment interpeller.

Une dédicace imprévue, entre surprise et incompréhension …

j’adore mon job.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Reconnaissant!


C’est une drôle de sensation que de voir son travail en vitrine d’une grande librairie.

 

21868227_729987067205082_1913326077_o21875810_729987070538415_1792831504_o21908094_729987023871753_709258543_o

CALENDRIER DES DÉDICACES


calendrierFAR

CONFÉRENCE, le résumé


Bonjour, vous trouverez ci-après le résumé de ma conférence sur les messages cachés dans la littérature Fantasy-Fantastique. Il s’agit là uniquement des grosses lignes destinées à un public désireux de découvrir cette univers.

LITTÉRATURE FANTASTIQUE ET MESSAGES CACHÉS

Les différents styles de littératures dites «imaginaires »

  • le Gothique
  • le merveilleux
  • le fantastique – le fantastique Gothique
  • la fantasy – le Gothique fantasy
  • la science fiction

Le premier style du genre littéraire à avoir donné naissance à la littérature Fantastique a vu le jour en Angleterre, on parle alors de littérature Gothique.

Ce style est lié aux Goths qui étaient des tribus barbares nordiques ayant contribué à la chute de l’empire romain.

Au 18ème siècle, ce terme prend donc une connotation plus spéciale et la littérature Gothique devient un moyen de combattre les règles.

C’est donc ce genre littéraire anglo-saxon qui donna naissance à la littérature fantastique qui introduit dans ses textes le surnaturel.

Une passerelle entre l’imaginaire et le monde réel tel que nous le connaissons, le possible et l’impossible, le logique et l’illogique.

A ne pas confondre avec le style « Merveilleux » qui lui accepte le surnaturel comme une évidence, une action normale et familière, le fantastique instaure le doute.

C’est à la fin du 19ème siècle qu’apparaît la littérature dite « décadente » dont les thèmes de prédilection sont la cruauté, le vice et la perversité ; le fantastique n’est donc plus une finalité mais devient un moyen permettant de faire passer un message de provocation, une dénonciation. La littérature fantastique sera alors adoptée par de nombreux auteurs engagés. Néanmoins la peur des représailles à cette époque ne leur permet pas d’écrire sur les sujets de société sensibles. Ils seront nombreux à s’emparer de ce style qui leur permettra d’expliquer leur façon de penser et d’établir une critique sociale souvent dirigée contre le matérialisme bourgeois.

De nos jours encore, il est très fréquent de faire le rapprochement entre les textes d’auteurs du genre et les évènements marquants de notre société.

La littérature Fantastique proprement dite a évolué, tout comme l’être humain et de nouveaux style du genre sont venus se greffer, si bien qu’il devient difficile de les classifier. Au cours des dernières années, nous avons vu apparaître de nouveaux genres tels que l’héroïque fantasy, la bit-lit et de plus en plus d’ouvrages pourraient être ainsi catégorisés dans le style « fantastique-fantasy » car ils regroupent tous les éléments des genres confondus.

L’un des premiers messages de l’univers fantastique fantasy à prendre en compte résulte des créatures et des espèces qui y sont décrites car elles sont une manière détournée de parler d’une population de notre monde réel ou d’un groupuscule sans pour autant les citer, toujours par crainte de représailles.

Commençons par ces créatures que tout le monde connaît bien, les Gobelins.

Ces créatures hideuses font partie d’une grande famille composée entre autre par les Orques, les Hurgals, les Ogres et les Trolls, tous décrits comme profondément mauvais, agressifs et sanguinaires. Ils sont aussi très souvent décrits comme ayant une intelligence limitée et sous contrôle d’un dictateur souvent représenté par le mal en personne.

Dans ses nombreux récits, Tolkien s’en servait alors pour décrire un envahisseur sans scrupule prêt à tout exterminer pour imposer sa suprématie, mais là encore sans jamais pointer du doigt ni nommer qui que ce soit. Un millier de gens ayant lu le même ouvrage peuvent avoir un avis différent sur son interprétation.

Si on regarde de plus prêt, on constate que chaque créature ou espèce fait référence à un peuple de notre monde réel. La plupart de ces créatures sont nées des légendes et cela bien avant la naissance du genre littéraire, car depuis la nuit des temps, les populations utilisaient les contes métaphoriques pour exprimer leur point de vue sans jamais dénoncer, toujours par peur des représailles.

Il y a plusieurs catégories ou thèmes explicitement représentés dans l’univers de la littérature fantastique.

  • La politique et ses dirigeants
  • les populations et leurs origines
  • les religions

sont les trois thèmes les plus souvent développés dans ces ouvrages.

La famille des Gobelins ainsi que tous leurs cousins sont souvent utilisés pour représenter les groupuscules religieux et politiques, terroristes, dictatures… et j’en passe.

Les elfes, qu’ils soient bons ou mauvais sont nés en Scandinavie et furent adoptés par de nombreux autres pays pour parler des populations civiles en charge de l’ordre ou d’organisations secrètes.

Les fées, qui nous arrivent d’Italie, représentaient quant à elle une population plus spirituelle, bonne ou mauvaise et aujourd’hui présente dans les légendes de nombreux pays.

Les farfadets d’Auvergne ou les Korrigans de Bretagne laissent à penser d’après certaines légendes et après étude des textes, qu’ils représenteraient une classe ouvrière révoltée mais qui agissait sournoisement. Ils appartiendraient aussi bien à la classe politique que religieuse et les légendes les représentant leur accorderaient l’équilibre entre le bien et le mal, capables d’une grande bonté et d’une grande générosité mais aussi extrêmement colériques et capables de vengeance.

Mais toutes ces créatures représentaient aussi bien le commun des mortels que les divinités locales, si bien qu’il est très facile de s’y perdre.

La littérature fantastique a également inspiré les religions comme le christianisme qui s’est approprié le Phoenix comme étant la représentation divine du christ et du fait incontestable selon eux de sa résurrection.

C’est grâce à tous ces éléments que la littérature fantastique devient intéressante et prend tout son sens car même si, de nos jours, les références du genre littéraire sur les problèmes de société sont beaucoup plus explicites, ils restent tout de même très ambigus et le principe fondamental de l’écriture fantastique-fantasy est de semer le doute dans l’esprit du lecteur pour l’amener à la réflexion.

L’évolution de notre civilisation telle que nous la connaissons aujourd’hui nous offre des possibilités infinies et d’innombrables sujets à traiter. Comme le terrorisme, l’oppression, l’indifférence, la différence, l’indulgence, l’amour … et tous ces sujets, bien que l’exercice de style ne soit pas simple, sont transposables dans ces mondes imaginaires qui permettent aisément aux auteurs de partager leur point de vue sans jamais pointer du doigt.

Dans tous les ouvrages littéraires du genre, nous retrouvons les mêmes scènes atroces identiques à celles que nous côtoyons chaque jour, les guerres, la pauvreté, l’injustice, les catastrophes naturelles … mais dans chacun de ces récits, et à la différence de notre monde, nous trouvons des héros en charge de sauver l’humanité. C’est à mon sens le plus important mais aussi le plus beau message de ce style littéraire, celui de l’espoir, car il nous suggère que parmi nous mais aussi en chacun de nous sommeille un héros.

Le style littéraire fantastique-fantasy, n’est donc pas, à mon sens, une simple lecture destinée au divertissement et à la rêverie. Elle a pour but d’éveiller les esprits sur certaines situations insupportables mais a aussi pour mission de suggérer quelques solutions sur les comportements à suivre face à de tels évènements.

Bien que notre style littéraire ne fasse pas l’unanimité dans le milieu des grands noms de la littérature générale, il reste à mes yeux l’antidote au désespoir, et le remède destiné à panser les maux de notre monde actuel.

Car la littérature fantastique-fantasy, quel que soit l’ouvrage, regorge de messages positifs en charge de nous redonner l’espoir.

Et comme je l’ai toujours dit, l’imagination et le rêve sont nos armes les plus précieuses pour survivre dans ce monde, parce qu’avec notre liberté de penser, ce sont trois choses que personne ne pourra jamais nous enlever.

 

« TONNERRE » D’APPLAUDISSEMENTS


Le Festival des imaginaires de Tonnerre c’est achevé et ce fut un honneur et un privilège de participer à cette grande première.

Un événement haut en couleur et d’une qualité exceptionnel.

Grâce à Delphine Goumaz, Christine Rastoile Kamara et toute l’équipe les entourait, nous avons passé un week-end exceptionnel et extraordinaire.

Vous êtes tellement nombreux à vous êtres rués pour vous procurer la saga FARALONN que je ne pourrais tous vous citer, mais du fond du cœur je vous remercie.

C’était aussi un grand moment pour H.TAG éditions qui présentait en avant-première le roman jeunesse de son tout nouvel auteur Raphaël Panarisi avec « Au Crépuscule et Après ».

Prochain RDV en octobre près d’Auxerre, je vous en dirai plus très rapidement.

 

FESTIVAL DES IMAGINAIRES DE TONNERRE


Bonjour à toutes et à tous,

Je suis heureux de participer à la première de cet évènement autour de l’univers de l’imaginaire et de la littérature fantastic-fantasy.

Retrouvez moi pour deux jours de dédicaces sur le stand d’H.TAG éditions et dimanche matin pour ma première conférence sur « les messages cachés de la littérature fantastic-fantsy »

Je posterai les photos, vidéos ainsi que le contenu de ma conférence, courant de semaine prochaine.

Bon week-end à toutes et à tous !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Stupéfait, surpris, renversé, ému …!


Je n’ai pas de mots pour exprimer mon étonnement.

Vous êtes tellement nombreux à répondre présent et attendre la sortie de chaque volume de ma saga « Faralonn ».

Vos messages, votre présence et l’expression sur vos visages, comme si je venais de vous faire un cadeau, en fait c’est vous qui m’en faites un en suivant les aventures de Léa et Drarion.

c’est pour toutes ces raisons que je vous suis reconnaissant.

Je vous dirais bien merci, mais ce mot n’est pas assez puissant et vous méritez plus que ça!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Navigation des articles

%d blogueurs aiment cette page :